Beni: La marine Ougandaise arrête 15 pêcheurs congolais

EnvironnementNon classéPêche

Written by:

Par Museza Cikuru

Quinze nouveaux pêcheurs congolais de Kyavinyonge et Kasindi port ont été arrêtés samedi 27 juillet 2019 par la marine ougandaise au nord du lac Edouard, en territoire de Beni.

Les victimes sont accusées d’avoir pratiqué la pêche illicite dans les eaux territoriales ougandaises, selon les pêcheurs basés à Kyavinyonge, cité par radio Okapi.

Les responsables du comité de pêche de Kyavinyonge se disent préoccupés de l’inaction du gouvernement congolais face à ces arrestations à répétition.

Parmi les 15 pêcheurs arrêtés récemment, figurent neuf pêcheurs de la pêcherie de Kyavinyonge et six de Kasindi port. Six pirogues ont été également saisies.  Selon le comité de pêche de Kyavinyonge, tous ont été acheminés en Ouganda où ils sont détenus.

La même source indique qu’un parmi eux, un malade, a été ramené à Kasindi Lubiriya pour des soins appropriés.

Augustin Kambale, gérant de la pêcherie de Nyavinyonge demande aux dirigeants du pays « de prendre au sérieux ce dossier » afin de de trouver une solution durable à ce problème devenu récurrent entre les pêcheurs congolais et ougandais autour de la gestion des ressources halieutiques communes sur le lac Edouard.

« Nous demandons au gouvernement congolais de clarifier cette frontière liquide qui sépare la RDC avec l’Ouganda. Il faut que cette limite soit balisée pour empêcher que les pécheurs congolais franchissent cette frontière. Et que le gouvernement congolais suive les pécheurs congolais qui sont toujours détenus dans les mauvaises conditions dans les prisons ougandaises. Nous ne savons pas leur situation et leur état de santé », a plaidé Augustin Kambale à la radio Onusienne.

Trois autres pêcheurs congolais ont été appréhendés, la semaine dernière, par la marine ougandaise sur le lac Edouard. C’était dans la zone de Rwashama, non loin de la pêcherie de Nyakakoma. Au moins 140 pécheurs congolais sont détenus, depuis l’année dernière en Ouganda. Ils sont accusés des mêmes faits.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *