Coronavirus en Chine: les Etats-Unis prennent leurs distances

EnvironnementSanté

Written by:

217 Views

La Chine a annoncé jeudi plus de 15.000 contaminations supplémentaires par le coronavirus. Un bond record dû à une nouvelle définition plus large des cas d’infection, dépeignant une épidémie plus grave que rapporté jusqu’à présent.

L’augmentation que vous avez tous vue ces dernières 24 heures résulte largement, en partie, d’un changement dans la manière dont les cas sont rapportés. Toutefois, cette augmentation du nombre des nouveaux cas ne représente pas un changement significatif de la trajectoire de l’épidémie“, a estimé à Genève, le chef du département des urgences sanitaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Michael Ryan.

Selon AFP, après avoir dans un premier temps félicité Pékin pour son “travail très professionnel” face à l’épidémie, la Maison Blanche a pris ses distances jeudi, par la voix de Larry Kudlow, le principal conseiller économique du président Trump.

Nous sommes un peu déçus du manque de transparence de la part des Chinois”, a-t-il déclaré. “Le président Xi a assuré au président Trump que la Chine maîtrisait le dossier, qu’ils (les Chinois) se montreraient ouverts et qu’ils accepteraient notre aide. Mais “est-ce que le bureau politique (l’instance dirigeante du Parti communiste, NDLR) est vraiment honnête avec nous?“, s’est-il interrogé.

Le bilan explose

Jeudi, une quarantaine a été pour la première fois édictée au Vietnam, dans une commune située près de Hanoï.

Le Japon a quant à lui annoncé le premier décès sur son territoire d’une personne contaminée, une octogénaire. C’est le second enregistré hors de Chine (qui concentre 99,9% des morts du virus dans le monde) après celui d’un Chinois aux Philippines.

En Chine, sous forte pression de l’opinion qui leur reprochait leur gestion de la crise, les deux chefs du Parti communiste chinois (PCC) pour la province du Hubei (centre), berceau de l’épidémie, et Wuhan, son chef-lieu, ont été limogés.

Ils laissent derrière eux une situation difficile. La Commission nationale (ministère) de la Santé a annoncé jeudi 15.152 nouveaux cas et 254 décès supplémentaires. Il s’agit, de loin, des plus fortes augmentations en 24 heures depuis le début de la crise en décembre.

Ces chiffres sont le signe d’une sous-estimation de l’ampleur de l’épidémie, qui a officiellement contaminé près de 60.000 personnes et fait 1.367 morts en Chine continentale. Mais, paradoxalement, ils ne sont pas forcément synonyme d’une aggravation.

Ils sont surtout dus à une nouvelle définition, plus large, des cas d’infection par les autorités sanitaires du Hubei –qui concentre l’essentiel des cas (14.840) et des morts (242) supplémentaires.

Dorénavant, les malades de la province “diagnostiqués cliniquement” sont aussi comptabilisés. En clair, des patients suspects ayant subi une simple radio pulmonaire pourront désormais être considérés comme des malades “confirmés”. Jusqu’à présent, un test d’acide nucléique était indispensable.

Museza Cikuru

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *