Entérinement Ronsard Malonda à la tête de la CENI: des mouvements citoyens ne décolèrent pas

ActualitésEnvironnement

Written by:

519 Views

Des mouvements citoyens sont rouge de colère avec la nouvelle de l’entérinement du nouveau candidat président de la CENI, Ronsard Malaonda par l’assemblée nationale.

Ceux-ci qualifient cet acte, d’un passage en force de la chambre basse du parlement au mépris de ce qui a été la volonté de la majorité de la population.

Pour la Lucha, “Kabila et églisettes et quelques centaines de députés” ne peut pas imposer au peuple un responsable de son choix à la tête de la centrale électorale.

«Avec l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la CENI par sa « majorité » factice à l’Assemblée nationale, Joseph Kabila vient de donner au peuple Congolais l’occasion de finir le combat que son maudit « deal » avec Tshisekedi-Kamerhe avait comme suspendu. Nous sommes prêts!» écrit-il.

Fillimbi de son côté, à travers Carbone Beni, pense que la ligne rouge a été franchie et cela est une provocation et l’on ne peut pas continuer à défier le peuple. D’où la mobilisation.

«La validation de Ronsard Malonda par l’Assemblée nationale est une provocation. La ligne rouge vient d’être franchie! On ne peut défier continuellement tout un peuple. Mme Jeanine Mabunda vous étiez prévenue! Votre Parlement illégitime sera dissout par le Peuple souverain!» dit Carbone BeniL.

e président de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) Georges Kapiambia estime quand à lui que cet entérinement est une une prime à la fraude électorale.

Le choix de Ronsard Malonda est une Prime à la fraude électorale électorale. Les actions citoyennes seront menées pour que sa validité se limite dans l’enceinte du Palais du peuple où il a beaucoup d’adeptes. C’est une véritable honte pour la RDC.” a-t-il signifié.

Notons que l’Assemblée Nationale a contre toute attente et sans débat, entériné ce jeudi 02 juillet 2020, Ronsard Malonda comme Président de la CENI. Celui-ci était contesté par l’église catholique et protestante, et même des mouvements citoyens. 

Ces derniers conditionnaient la nomination des membres du Bureau, par l’audit de la Centrale électorale et la réforme de cette institution.

Jean-Luc M.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *