L’OMS prévient que les progrès dans lutte contre le paludisme sont au point mort

ActualitésEnvironnementSanté

Written by:

L’Organisation mondiale de la santé a averti que les progrès dans la lutte contre le paludisme semblent avoir stagné.

«Le manque de fonds provoque des manques dans l’accès à des outils de lutte contre la malaria qui ont fait leurs preuves», insiste l’OMS qui souligne que cela pose «un danger notable».

Dans son rapport annuel sur la maladie, l’agence affirme que le nombre de cas et de décès est resté largement inchangé au cours des deux dernières années; contrairement aux chutes dramatiques observées depuis le début du siècle.

Le paludisme tue environ 400 000 personnes chaque année, dont la grande majorité en Afrique subsaharienne. L’OMS craint que la pénurie de fonds pour les programmes anti-paludisme ne soit aggravée par la pandémie de coronavirus.

Lire aussi Beni: plus de 80% des patients soufrent du paludisme à Kasindi (AG Lubirha)

En 2019, le nombre d’infections nouvelles tournait autour de 229 millions de personnes; un nombre qui est relativement stable ces 4 dernières années. Les efforts de lutte contre la maladie transmise par les moustiques; sont également menacés par une résistance croissante à certains médicaments.

«Après d’important progrès qui ont vu le nombre de morts chuter de 736 000 en 2000 à 411 000 en 2018 et 409 000 en 2019; il faut mieux cibler les interventions, de nouveau outils et plus de fonds pour changer la trajectoire globale de la maladie; et arriver à atteindre des objectifs communs et agréés internationalement; » a dit le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ce lundi 30 novembre 2020.

Selon l’OMS, plutôt qu’une approche uniforme, les pays touchés ont commencé à mettre en œuvre des actions plus ciblées sur la base de données locale; pour tenter de combattre la maladie.

Avec quelque 94% du nombre de décès total (384 000 morts des suites du paludisme sur le continent africain l’année dernière); l’organisation pense qu’il est temps pour les dirigeants à travers l’Afrique et dans le reste du monde; de se mobiliser une fois de plus pour lutter contre le défi du paludisme.

En agissant ensemble et en nous engageant à ne laisser personne en chemin; nous pouvons arriver à notre but commun: éradiquer le paludisme dans le monde”, a ajouté le Directeur de l’OMS.

Signalons qu’en 2019, quatre pays ont concentré près de la moitié de tous les cas dans le monde. Le Nigéria (27%), la République démocratique du Congo (12%), Ouganda (5%) et le Mozambique 4%. 

Museza Cikuru

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *