Nord-Kivu: cri d’alarme contre les tueries récurrentes dans le parc national des Virunga

ActualitésAgricultureEcosystèmeEnvironnementTourisme

Written by:

Nous, activistes qui militent pour la justice climatique, venons auprès du monde entier pour vous transmettre notre cri d’alarme; celui de la femme riveraine du Parc National de Virunga qui, en dépit des vertus séculaires tissant son être est violentée et marginalisée par les groupes armés locaux et étrangers autour du Parc National des Virunga ; ce cri, c’est celui de l’enfant riverain du Parc National de Virunga dont ses droits de vivre dans un environnement sain sont bafoués. C’est enfin le cri des éco-gardes qui passent leur temps dans la protection et la promotion de l’environnement.

Ce cri, c’est le vôtre, c’est aussi le nôtre. C’est le cri du respect des droits d’accès à la justice climatique.

Aujourd’hui c’est décevant, inconcevable et révoltant, de voir mourir des écogardes de l’ICCN (Institut Congolais de la Conservation de la Nature); pour l’intérêt suprême de la Nation par les rangers des groupes armés étrangers qui opèrent dans le Parc National de Virunga.

Notons que la mission de protection du Parc reste très difficile, au vu des choses horribles et intolérables qui s’y passent et qui méritent une attention particulière, car elles rendent le travail des éco-gardes pénible notamment :

*Massacres de populations civiles riveraines au Parc National de Virunga ;

*Incursion militaire des groupes armés étrangers (Ougandais et Rwandais) ;

*Multiplicités de groupes armés locaux ;

*Recrudescence de l’insécurité dans les communautés riveraines du Parc National de Virunga, etc.

En effet, les activistes qui militent pour la justice climatique en Rdc, constatent avec indignation une violence qui demeure sans solutions autour du Parc National de Virunga causant des violations graves non seulement auprès des populations riveraines du parc National de Virunga, mais aussi des éco-gardes dans cette partie du Parc National de Virunga.

C’est dans le souci de préserver la paix et le développement autour du Parc National de Virunga et d’autres Parc Nationaux en Rdc que nous agissons, pour dénoncer les conséquences tragiques qui se passent en Rdc. Cette forme de violence que les groupes armés locaux et étrangers imposent aux communautés riveraines du Parc National de Virunga déclaré et classé comme patrimoine Mondial et aux éco-gardes que nous décrions et dénonçons à haute voix.

Ces groupes armés locaux et étrangers ont instauré des lois qui demeurent impunies et se résumeraient comme suit selon plusieurs sources :

-Traitement inégal quand il faut aborder la question de la spoliation du Parc National de Virunga et vous constaterez qu’il y a une certaine classe sociale qui a le droit de spolier autant d’hectares du parc comme dans la chefferie des Bashali et des Bahunde surtout et sous l’œil impuissant de l’ICCN, ce qui prouve malheureusement que l’ICCN n’est pas à la hauteur de garder ces limites et cherche seulement à montrer sa force face au bas peuple ;

-Des tueries, des violations graves des droits humains, pillages par les groupes armés qui prennent comme base arrière ; le Parc National de Virunga dont le cas le plus récent est celui du 10 janvier 2021 en territoire de Rutshuru où nous avons perdu 6 éco-gardes dont Abdoul SURUMWE, Innocent PALUKU, Prince NZABONIMPA, Eric BASHEKERE, Alexis KAMATE et Reagan MANENO. Ils sont morts en protégeant ce majestueux Parc National de Virunga, sa faune et flore, nous réitérons notre soutien à toutes les familles de ces vaillants soldats de la nature ;

-Faible implication des gestionnaires du Parc National de Virunga dans la conception des projets de développement qui seraient implémentés au sein des communautés riveraines et pouvant motiver ces communautés à s’approprier les efforts entrepris de la conservation ;

-Et la militarisation du Parc National de Virunga caractérisée par les arrestations en cascade des populations riveraines, le non-respect de la liberté d’expression, destruction des champs et cultures.

Eu égard à ce qui précède, les jeunes activistes qui militent pour la justice climatique observent les souffrances, les lois imposées dans le Parc National de Virunga par les groupes armés qui prennent comme base arrière ce patrimoine mondial pillant les biens des communautés riveraines du Parc National de Virunga, mais aussi des gestionnaires du Parc National de Virunga.

Au regard de ces différends ci haut cités nous recommandons ce qui suit :

-Déloger les groupes armés locaux et étrangers qui jouissent de la faiblesse de l’ICCN et des FARDC pour spolier la terre qui revient de droit au PNVI;

-Finir les travaux de la démarcation participative, réelle et non imposée des limites du parc National de Virunga, ceci pour aborder la question de la spoliation du Parc National de Virunga dans sa globalité afin que les vrais spoliateurs surtout dans le territoire de Masisi qui ont déjà envahis, érigé des fermes et des villages dans le Parc soient dénichés et punis ;

-Faciliter un processus de dialogue entre tous les acteurs autour de cette question (chefs coutumiers, leaders communautaires, autorités du secteur de sécurité, autorités provinciales, etc.)

-Entreprendre des projets de développement (Courant électrique, Agriculture, reboisement, reboisement communautaire à grande échelle, etc.) dans les communautés riveraines du Parc à travers les associations locales de développement pouvant servir de désolidariser la population riveraine à des pratiques néfastes à la conservation de cette aire protégée ;

-Valoriser les compétences locales qui environnent le Parc lors des recrutements. Les communautés locales devraient être les premiers bénéficiaires et doivent aussi profiter des opportunités du Parc National de Virunga pour bien assurer sa protection.

-Et tenir compte de la croissance démographique qui caractérise les communautés riveraines quand il faut mettre en place les stratégies d’une gestion durable du Parc National de Virunga.

Les activistes écologistes réitèrent son soutien aux efforts du Gouvernement et les différents partenaires visant à protéger l’environnement, les biodiversités et l’écologie .

C’est à ce titre que nous lançons un cris d’alarme international pour que le Parc  ne soit pas un champ de bataille, ni une base arrière de groupes armés locaux et étrangers et appelons d’autres gouvernements qui nous lisent de suivre de près cette situation de la dégradation du Parc National des Virunga ; déclaré patrimoine mondial, mais devenu bastion des groupes armés locaux et étrangers, car la persistance de ces différends et violences nous amèneront vers des situations ingérables dans l’avenir si rien n’est fait, voire même l’extinction de biodiversités.

Nous profitons également pour condamner les convoitises de multinationales, plus spécialement l’entreprise Total qui veut exploiter les fossiles dans le Parc de Virunga. Notre vie en dépend.

En outre les écologistes de la RDC condamnent la présence des groupes armés locaux et étrangers dans les aires protégées et qui sont considérés comme des combattants incontrôlés.

La RDC ne peut admettre que des groupes armés étrangers soient recrutés et utilisés dans les conflits armés en Rdc qui déstabilisent les écosystèmes en RDC.

Fidèle aux engagements de la protection de la biodiversité, les jeunes écologistes lancent un appel pressant aux Nations Unies, à l’Union Africaine, à la Communauté des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), à la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL), SADEC et à tous les partenaires internationaux de la Rdc d’aider la Rdc à rétablir la paix et la sécurité dans le Parc National de Virunga ; considéré comme patrimoine mondial, en vue d’une sortie de crise pacifique et durable.

Appelons les gouvernements à mettre en pratique leus engagements sur la justice climatique.

Par Emmanuel Ndimwiza,

Droits, Environnement et Citoyenneté (DEC) Asbl.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *