Pourquoi le coronavirus est-il si mortel ?

ActualitésEnvironnementSanté

Written by:

Le monde a déjà été confronté à des menaces virales, y compris des pandémies, mais la vie ne s’est pas arrêtée pas à chaque nouvelle infection ou saison de grippe. Alors qu’est-ce que ce coronavirus ? Comment un simple virus a pu mettre en berne la vie telle que nous la connaissons sur toute la planète ?

James Gallagher, journaliste scientifique à la BBC, tente d’expliquer quelles sont les particularités de sa biologie; qui constituent une menace unique pour notre corps et notre vie

Maître de la tromperie

Dans les premiers stades d’une infection, le virus est capable de tromper l’organisme.

Le coronavirus peut se répandre dans nos poumons et nos voies respiratoires, mais notre système immunitaire pense que tout va bien.

Ce virus est génial, il vous permet d’avoir une usine à virus dans votre nez et de vous sentir complètement bien“, déclare le professeur Paul Lehner de l’université de Cambridge.

Les cellules de notre corps commencent à libérer des substances chimiques – appelées interférons – dès qu’elles sont détournées par un virus, ce qui constitue un signal d’alarme pour le reste de l’organisme et le système immunitaire.

Mais le coronavirus a la “capacité étonnante” de désactiver cet avertissement chimique, dit le professeur Lehner, “il le fait si bien que vous ne savez même pas que vous êtes malade”.

Il ajoute que lorsque vous regardez des cellules infectées en laboratoire, vous ne pouvez pas dire qu’elles ont été infectées et pourtant les tests montrent qu’elles “crient au virus” et ce n’est qu’une des “cartes du joker” que le virus peut jouer.

Il se comporte comme un tueur en délit de fuite

La quantité de virus dans notre corps commence à atteindre son maximum la veille du jour où nous commençons à tomber malade.

Mais il faut au moins une semaine avant que la maladie évolue au point de nécessiter un traitement hospitalier.

C’est une tactique évolutive vraiment brillante – on ne se couche pas, on sort et on s’amuse“, dit le professeur Lehner.

Le virus est donc comme un conducteur dangereux qui fuit les lieux – le virus est passé à la victime suivante bien avant que nous ne nous en remettions ou que nous mourions.

En clair, “le virus se moque” de votre mort, dit le professeur Lehner, “c’est un virus de type hit and run”(un tueur en délit de fuite).

Il s’agit d’un contraste énorme avec le coronavirus Sars-initial, qui existait déjà en 2002. Il était très contagieux quelques jours après que les gens soient tombés malades, et il était donc facile de les isoler.

C’est nouveau, donc nos corps ne sont pas préparés

Vous vous souvenez de la dernière pandémie ? En 2009, les craintes étaient grandes concernant le H1N1, alias grippe porcine.

Cependant, il s’est avéré qu’elle était loin d’être aussi mortelle que prévu, car les personnes âgées étaient déjà protégées. La nouvelle souche était assez semblable à certaines autres qui avaient été rencontrées dans le passé.

Il existe quatre autres coronavirus humains, qui provoquent les symptômes du rhume.

Le professeur Tracy Hussell, de l’université de Manchester, a déclaré : “C’est une nouvelle souche, donc nous pensons qu’il n’y a pas beaucoup d’immunité préalable“.

La nouveauté du Sars-CoV-2, pour lui donner le nom officiel, dit-elle, peut être “tout un choc pour votre système immunitaire”.

Lire aussi Covid-19: flambée des cas en Europe, aux USA, en Inde et au Brésil

Cette absence de protection préalable est comparable à l’époque où les Européens ont emporté la variole avec eux dans le Nouveau Monde, avec des conséquences mortelles.

La mise en place d’une défense immunitaire à partir de zéro est un véritable problème pour les personnes âgées, car leur système immunitaire est lent.

Apprendre à combattre une nouvelle infection implique beaucoup d’essais et d’erreurs de la part du système immunitaire.

Mais à un âge plus avancé, nous produisons un pool moins diversifié de cellules T – un élément essentiel du système immunitaire – et il est donc plus difficile de trouver des cellules capables de se défendre contre le coronavirus.

Il fait des choses particulières et inattendues à l’organisme

La maladie commence par une infection pulmonaire (même là, elle fait des choses étranges et inhabituelles) et peuvent affecter l’ensemble du corps.

Selon le professeur Mauro Giacca, du King’s College de Londres, de nombreux aspects de la maladie sont “uniques” au virus, en effet “elle est différente de toute autre maladie virale commune”.

Selon lui, le virus ne se contente pas de tuer les cellules pulmonaires, il les corrompt également. On a vu des cellules se fusionner pour former des cellules massives et défaillantes – appelées syncytia – qui semblent rester en place.

Et le professeur Giacca dit que l’on peut avoir une “régénération complète” des poumons après une grippe grave, mais “cela n’arrive pas” avec Covid.

“C’est une infection assez particulière“, dit-il.

Lire aussi Coronavirus: lancement officiel du bulletin «Afia Amani Grands Lacs» à Goma

La coagulation du sang est également étrange dans le cas de Covid, avec des histoires de médecins incapables de poser une voie de perfusion à un patient parce qu’elle est immédiatement bloquée par le sang coagulé.

Les produits chimiques de coagulation dans le sang sont “200%, 300%, 400% plus élevés” que la normale chez certains patients atteints de covidose, déclare le professeur Beverly Hunt du King’s College London.

Elle a déclaré à Inside Health : “Très honnêtement, en une très longue carrière, je n’ai jamais vu un groupe de patients avec un sang aussi collant.”

Ces effets sur l’ensemble du corps pourraient être dus à la porte cellulaire par laquelle le virus passe pour infecter nos cellules – appelée récepteur ACE2. Il est présent dans tout le corps, y compris dans les vaisseaux sanguins, le foie et les reins, ainsi que dans les poumons.

Le virus peut provoquer une inflammation incontrôlée chez certains patients, entraînant une surcharge du système immunitaire, avec des conséquences néfastes pour le reste de l’organisme.

Et nous sommes plus gros que nous devrions l’être

L’infection au coronavirus Covid-19 est pire si vous êtes obèse, car un tour de taille généreux augmente le risque d’avoir besoin de soins intensifs, voire de mourir. C’est un phénomène inhabituel.

Sa très forte association avec l’obésité est quelque chose que nous n’avons pas vu avec d’autres infections virales. Avec d’autres lésions pulmonaires, les personnes obèses s’en sortent souvent mieux que pire“, a déclaré le professeur Sir Stephen O’Rahilly, de l’université de Cambridge.

Cela semble assez spécifique [au Covid], cela arrive probablement lors d’une grippe pandémique, mais pas lors d’une grippe ordinaire”.

La graisse déposée dans tout le corps, dans des organes comme le foie, provoque un trouble métabolique qui semble se combiner mal avec le coronavirus.

Les patients obèses sont plus susceptibles d’avoir des niveaux d’inflammation plus élevés dans le corps et des protéines qui peuvent conduire à la coagulation.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

One Reply to “Pourquoi le coronavirus est-il si mortel ?”

  1. […] Lire aussi Pourquoi le coronavirus est-il si mortel ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *