RDC : 19ème anniversaire de l’assassinat de Laurent Kabila sous les bruits des bottes à Minembwe

ActualitésEnvironnement

Written by:

470 Views

16 janvier 2001- 16 janvier 2020, 19 ans se sont écoulés depuis qu’a été assassiné à Kinshasa Laurent Désiré Kabila, Président de la République Démocratique du Congo.

Si les autres anniversaires de son assassinat, les congolais se rappelaient de ce qui fut l’homme et de sa lutte pour la libération du Congo, ce 19ème  anniversaire arrive dans une circonstance où la question de la balkanisation du pays refait surface.

Le sujet est réveillé par le cardinal Fridolin Ambongo lors de sa visite dans le Nord-Kivu. Il fait savoir que le projet de la balkanisation du pays est en marche et que des pouvoirs extérieurs sont à la manœuvre pour sa matérialisation.

S’il ne cite pas le Rwanda, son allocution rappelle le message d’Adolphe Muzito qui lui n’était pas parti du dos de la cuillère en citant ce pays et en proposant que le Congo lui déclare la guerre pour sa paix.

La guerre, elle est le quotidien de la population de l’Est de la République depuis l’arrivée des troupes Rwando-Ougando-Burundaises sur le sol congolais sous la houlette de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) en 1996.

Ces forces vont traverser le Congo de l’Est à l’Ouest sous la conduite de Laurent Désiré Kabila et qui deviendra le président de la République après la chute de Kinshasa et la fuite vers le Maroc de l’ancien président Mobutu Seseseko.

Tout commenca dans les Hauts Plateaux de Mulenge/Uvira. La question de déchéance de la nationalité et d’expulsion de Banyamulenge vers le Rwanda, furent comme une goutte qui débordant le vase. Le Rwanda ainsi que l’Uganda eurent à sauter sur cette occasion pour mettre hors d’état de nuire leurs ennemies qui se trouvaient sur le territoire Zaïrois.

Le 2 août 1998 une nouvelle rébellion née à l’est sous le nom du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), composée des anciens de l’AFDL qui n’étaient pas d’accord avec le président Laurent Kabila et qui débouchera sur son assassinat.

Minembwe 2020 qui rappelle Minembwe 1996

Plusieurs groupes armés tribaux soutenus par ceux étrangers se battent à Minembwe depuis 2018 pour le motif de la protection de leurs communautés. Parmi eux se trouvent le Ngumino pro Banyamulenge), les maï-maï pro Babembe, Banyindu et Bafuliru. La question de l’identité est mise en avant comme en en 1996.

Des officiers Banyamulenge au sein des FARDC commencent à déserter l’armée congolaise pour rallier Ngumino dont le plus médiatisé est le colonel Michel Rukunda dit « Makanika ».

La présence des groupes armés venus du Rwanda et du Burundi dans le conflit de Minembwe, fait dire à certains analystes que le Congo est à la porte d’une nouvelle guerre et qui aurait pour objectif la balkanisation longtemps redoutée par les congolais.

Une histoire qui est sans rappeler Laurent-Désiré Kabila qui dans les conditions de lutte pour la sauvegarde de l’unité nationale va perdre sa vie en date de ce 16 janvier 2001.

Thomas Uzima

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *