RDC : les violations des droits de l’homme ont diminué de 4%

ActualitésEnvironnementPolitiques

Written by:

133 Views

Le nombre de violations des droits de l’homme en RDC a connu une baisse de 4%. Voilà ce qui ressort du rapport annuel du bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH).

De 61 % en 2018, sous l’ère Kabila, il est passé en 2019 à 57%  en 2019. Mais 54 % des violations sont commis par les agents de l’Etat, comme l’indique le rapport.

Il faut dire que les principaux responsables des services de sécurité n’ont pas changé sous Félix Tshisekedi. Notamment dans l’armée et la police. Or ce sont, cette année encore, les deux forces de l’ordre qui sont pointées par le BCNUDH.

Ces deux services ont fait un nombre plus important de victimes d’exécutions extrajudiciaires et arbitraires. Dans les zones de conflits, les FARDC commettent plus de violations que n’importe quel groupe armé.

L’inflexion de 4% s’explique entre autres par des changements opérés au sein de l’Agence nationale des renseignements (ANR). Un service qui dépend de la présidence.

Les violations des droits de l’homme à caractère politique ont également baissées. 778 cas sont recensés en 2019 contre 1054 en 2018. Mais il reste, selon l’ONU, des « velléités de restriction » chez certaines autorités du pays.  De « restrictions injustifiées et disproportionnées des libertés publiques », pointe le rapport cité par RFI.

Le bureau conjoint s’inquiète aussi d’une hausse de 62% du nombre de victimes adultes de violences sexuelles. Liées aux conflits et qui parfois assortis d’autres formes de torture. Les groupes armés continuent de faire des ravages. Notamment le NDC Renové du chef de guerre Guidon. Mais aussi des rebelles hutus rwandais des FDLR.

Les conditions de vie en prison ne cessent de se dégrader depuis l’an dernier ce qui est un autre point sombre. Le BCNUDH dit avoir enregistré plus d’une trentaine des décès depuis le début de l’année. Rien qu’à la prison de Makala. Des cas dû aux mauvaises conditions de détention, mais surtout aux difficultés d’accès à la nourriture. Mais aussi aux soins de santé.

 Le bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme souligne parmi les changements positifs la reconnaissance  des défis à relever. Mais aussi l’ouverture de l’espace politique par les nouvelles autorités du pays.

Thomas Uzima

 

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

2 Replies to “RDC : les violations des droits de l’homme ont diminué de 4%”

  1. […] encourageant l’autonomisation d’autres femmes et compatir avec celles qui ont été victimes de viol de plusieurs manières dans notre milieu. Ces fonds levés seront orientés dans le renforcement […]

  2. […] cours du mois de mars 2020, le BCNUDH dit également avoir documenté 638 violations et atteintes aux droits de l’homme commises par les parties au […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *