RDC: pour non-payement d’impôt, des hommes politiques appauvrissent l’Etat

ActualitésEnvironnement

Written by:

168 Views

Par Thomas Uzima

La Société Nationale d’Electricité (SNEL) a coupé l’électricité dans les entreprises de Modeste Bahati Lukwebo afin de l’obliger à payer une dette de 209.000 dollars qu’il doit à cette entreprise. Voilà une actualité qui avait défrayé la chronique en RDC il y a quelques semaines.

Au Nord-Kivu c’était la Direction Générale des Recettes du Nord-Kivu (DGR-NK)  qui avait scellé un bâtiment appartenant toujours à Lukwebo pour non payement d’impôts. Elle lui réclamait une somme qui avoisine 1 million de dollars américains.

Ces informations viennent rappeler la fermeture de deux chaînes de télévision au Katanga proche de Moïse Katumbi en 2016 par le ministre de la communication de l’époque. Lambert Mende, reprochait au propriétaire de Nyota et Mapendo de ne pas être en règle vis-à-vis du fisc.

Toujours en 2016, L’Hôtel Faden House appartenant à Martin Fayulu avait été scellé jeudi 19 mai à Kinshasa.

Selon le secrétaire général de l’ECIDE, Devos Kitoko Mulenda, l’établissement a été  fermé par la Direction générale de recettes de Kinshasa (DGRK) pour non-paiement d’impôts alors qu’il disait être en ordre avec l’Etat.

Si ces personnalités politiques sont toujours poursuivies quand ils ne sont plus en sainteté avec le pouvoir en place, ce qui apparaît comme un acharnement, il en ressort que la quasi-totalité des hommes politiques congolais ne s’acquittent pas de leurs obligations vis-à-vis du fisc.

Sachant que la richesse du pays restent entre les mains des politiques, l’on est tenté de se demander qui paye alors les taxes et/ou les impôts pour  que les caisses de l’Etat soient renflouées ? On tenterait de répondre ici qu’il s’agit des hommes d’affaires, mais on se rendrait vite compte que ces hommes d’affaires sont eux même des hommes forts, des politiciens.

Ayant compris que les facilités d’enrichissement faciles se trouvaient dans la politique, ils se sont tous orientés de ce côté. Ils sont aujourd’hui députés, ministres, conseillers dans des cabinets politiques et chefs des partis politiques ou parfois officiers supérieurs dans l’armée.

D’autres disent clairement qu’ils vont en politique pour « protéger leurs biens » ; des biens acquis pour la plupart des fois dans des conditions encore floues.

Modeste Lukwebo déclarait avoir été exonéré quand il était encore ministre. On se souviendra évidemment que le gouvernement avait exonéré l’importation du ciment pour les cinq chantiers et c’était les hommes politiques qui étaient chargés de son importation. Les Entreprises minières et dans d’autres domaines détenues et où des politiciens sont actionnaires sont tacitement exonérées alors que les creuseurs artisanaux contribuent énormément à la vie de la nation.

Voilà ce qui amène à certains analystes économiques à dire que si l’Etat congolais est pauvre, il l’est faute d’une classe politique « inconsciente » qui manque cruellement l’amour envers son pays et qui se contente de faire des dons sur les millions, les milliards qui devaient en principe, revenir au peuple.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *