Sud-Kivu: les infirmiers menacent d’entreprendre des actions de grande envergure pour défendre leurs collègues de Walungu

ActualitésinfosPolitiquesSanté

Written by:

334 Views

Par Christelle Murhimanya

Les infirmiers de la province du Sud-Kivu menacent d’engager des actions de grande envergure, endéans quatorze jours, si leurs collègues de la zone de Walungu ne sont pas rétablis dans leurs droits. Dans une lettre adressée au Gouverneur du Sud-Kivu, en date du 11 juin 2019, l’Union Nationale des Infirmières et Infirmiers du Congo (au Sud-Kivu) dénonce des intimidations orchestrées par le médecin chef de zone de santé de Walungu à l’égard des infirmiers courageux afin de les contraindre de ne pas mettre à nu ses abus.

Plusieurs griefs sont mis à la charge du médecin chef de zone de Walungu, par les infirmiers qui l’accusent de manigancer des stratagèmes afin de diviser les infirmiers pour fragiliser leur mouvement de revendication. Parmi ces griefs, les infirmiers dénoncent le non-paiement ou la gestion opaque de la prime de risque destinée à des infirmiers, pourtant mécanisés, ainsi que des permutations, des révocations et des suspensions “intempestives” des infirmiers « sans motif valable ».

Face à cette situation, les infirmiers attestent avoir initié toutes les voies de résolution pacifiques, mais reconnaissent avoir échoué à dissuader le médecin chef de zone.

Le recours du syndicat provincial des infirmiers à l’intervention du chef de l’exécutif provincial fait suite à une série de tentatives osées dans le passé, aux instances inférieures, mais qui n’ont conduit à aucun résultat.

Selon cette lettre, signée par Joto Byamungu Mushagalusa le Secrétaire Exécutif Provincial de l’Union,  ni l’entité territoriale ni les responsables du secteur médical, aucune mesure n’a permis de restituer les droits de leurs collègues, “violés” par le médecin chef de Zone.

A cet effet, les infirmiers exhortent fermement l’autorité provinciale de s’investir que leurs quatorze confrères soit réintégrés et que leurs primes de risque, détenues “sans motif” par le médecin chef de zone, soient rétribuées.

« Si les infirmiers de Walungu concernés ne sont pas rétablis dans leurs droits dans quatorze jours, nous infirmiers de toute la province du Sud-Kivu, promettons que les actions syndicales de grande envergures seront envisagées afin que ces infirmiers trouvent la paix », peut-on lire dans cette correspondance des infirmiers, dont Laprunellerdc.info s’est procurée d’une copie.

Toutes les tentatives pour joindre l’incriminé sont restées jusque-là vaines. 

Image: des infirmiers de la Zone de santé de Kamituga, territoire de Mwenga (SUd-Kivu). Ph. d’illustration, groupe La Prunelle

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *