Uvira : des bandits armés mis en déroute par l’armée après avoir tenté de piller un véhicule à Rushima

ActualitésEnvironnement

Written by:

156 Views

Des bandits armés ont été mis en déroute par les éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo ce mardi 21 Janvier 2019 dans la matinée à Rushima (Plaine de la Ruzizi), territoire d’Uvira.

Selon des habitants sur place, ceux-ci tentaient de piller un bus de l’agence de transport “Pacifique” entre Bwegera et Kitemesho.

Alors qu’avant, ils avaient déjà réussi à piller un bus d’une agence de transport, ils n’ont pas été cette fois « chanceux » pour la deuxième fois.

Lire aussi: https://laprunellerdc.info/uvira-une-autre-attaque-contre-un-vehicule-dans-la-plaine-de-la-ruzizi-fait-des-blesses/

C’est en tentant de piller un autre véhicule en provenance de Bukavu que les bandits se sont butés à la résistance. Une résistance due notamment à la présence d’un élément FARDC qui était à bord du véhicule et qui a commencé à tirer.

«Quand les bandits se sont butés à la résistance de cet élément FARDC, ils ont lancé des bombes qui ont paniqué toute la population de Rushima. Plusieurs militaires sont venus à la rescousse de l’autre qui faisait déjà face à ces bandits » explique Djafari Byadunia, journaliste de la radio Rurale de Sange.

Lire aussi: https://laprunellerdc.info/plaine-de-la-ruzizi-3-vaches-tuees-apres-lattaque-de-deux-vehicules-a-rushima-ce-lundi/

Pour le moment, dit-il, aucun dégât humain n’a été rapporté et les bandits ont pris la fuite.

Cette situation a plongé les habitants dans la peur mais la situation est redevenue normale juste après, explique-t-il.

La plaine de la Ruzizi, les hauts et moyens plateaux d’Uvira sont le théâtre des hommes armés depuis des mois. A part, les braquages des véhicules, ces zones sont caractérisées par les tueries et autres vols de bétails.

Lire aussi: https://laprunellerdc.info/uvira-enlevements-et-braquage-des-bus-reprennent-sur-la-rn5/

Le dimanche 19 janvier dans la soirée par exemple, 60 vaches appartenant aux éleveurs de Nyarundari ont été emportées par des miliciens maï-maï.

L’association de la Paix aux Enfants Vulnérables, Orphelins et Veuves (APEVOV) qui trouve que la situation « exagère » demande aux gouvernants de trouver une solution durable le plus tôt possible.

Eric Shukrani

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *